Neurosciences

Le terme de « neurosciences » est relativement nouveau. Il désigne essentiellement une approche interdisciplinaire de l’ensemble des aspects du système nerveux et du comportement des animaux. C’est pourquoi il inclut les autres départements de notre laboratoire, ainsi que la médecine (en particulier la neurologie et les maladies du système nerveux), la physiologie sensorielle, l’évolution, la physique, la chimie, la pharmacologie, et même les mathématiques pour modéliser les fonctions du cerveau.

Un spécialiste des neurosciences peut dresser la carte des zones du cerveau comme dans cet exemple qui montre les zones activées lors de la lecture, indiquant qu’il existe deux voies de lecture.  Les nombres ont été indiqués par Brodmann au début des années 1900 sur la surface, mais sur la base de l’organisation caractéristique des cellules nerveuses dans la section verticale.

Stanislas Dehaene, neuropsychologue, a dressé un plan schématique montrant quelques-unes des interconnexions durant le processus complexe de l’attention, de la lecture et de la compréhension, qu’il appelle « L’architecture cérébrale de la lecture ».

Traduction du plan schématique:

Apprendre à lire consiste à:

  • créer une représentation visuelle invariante des mots écrits
  • connecter cette représentation avec les régions cérébrales permettant d’accéder aux sons et à la signification

Traduction des textes du schéma:

  • orange: “accès à la prononciation et à l’articulation”
  • jaune: “attention du haut vers le bas et lecture sérielle”
  • vert: “accès à la signification”
  • rouge: “zone de la forme visuelle des mots (la boîte aux lettres du cerveau)
  • bleu: entrées visuelles (mots ou textes)

Une localisation plus exacte de la « boîte aux lettres du cerveau » peut être visualisée dans l’illustration suivante.  Sur  la droite, nous voyons de bas en haut à l’intérieur de la base de la partie postérieure de l’hémisphère gauche du cerveau. Des lésions focales – mort cellulaire – peuvent rendre un patient incapable de reconnaître des visages, des mots ou d’autres éléments.

Lecture recommandée : Ramus, F. (2005). De l’origine biologique de la dyslexie. Psychologie & Education 60, 81-96. Pour accéder à cet article, cliquez ici.